Les Canards

trilogie #2

24-25-31 DEC 2018

L’ÉPISODE DE NOËL (UN CONTE)

 

venez réveillonner avec nous à Vire (lieu à préciser)

 

 

TEXTE ET MISE EN SCÈNE - JÉRÉMIE FABRE

COLLABORATION ARTISTIQUE ET DIRECTION D’ACTEURS - BENJAMIN HUBERT

DISPOSITIF SCÉNIQUE, DÉGUISEMENTS ET ACCESSOIRES  - VIOLAINE DE CAZENOVE ET FRÉDÉRIC HOCKÉ

AVEC – YVES GOURVIL, MARINE DUSÉHU, JÉRÉMIE FABRE, BENJAMIN HUBERT, AGNÈS SERRI, ET DES HABITANTS-COMÉDIENS 

 

ÉPISODE DE NOËL : BENJAMIN HUBERT, AGNÈS SERRI, GUILLAUME HINCKY, MARIUS FABRE, ÉMILE FABRE, AURÉLIE GAUTIER, SANDRINE BOUDIGNON, JÉRÉMIE FABRE, ALEXANDRE CAPELLE, PAULINE LETOURNEUR, MAGALI LECROERE, SYLVIE CANEVET… (DISTRIBUTION EN COURS)

LES_CANARDS_FOLDER_V1-1
ep0_5
ep00_3
canards-1
ep00_4
Canards_BD_1

Second volet de la trilogie au centre du corpus L’invention de moiLes Canards est un spectacle hors format, hors tendance, dans lequel on retrouve les mêmes personnages et obsessions que dans les autres textes, mais en pire. MOI convoque des souvenirs d’enfance et tente d’inventer sa vie par tous les détours possibles de son imaginaire.

 

L’ÉPISODE DE NOËL (UN CONTE) – décembre 2018, création de la version brouillon à Vire (salle des fêtes) – décembre 2020, création d’une version Deluxe (lieux à définir).

A la fois veillée profane, spectacle de fin d’année, et conte métaphysique. Une version d’essai réunissant professionnels et amateurs a été proposée les 24 et 25 décembre 2018 à Vire. En 2020, puis chaque année, on recommencera, on s’augmentera, et on s’améliorera. (Ce n’est pas vraiment le quatrième épisode des Canards, mais c’est un peu ça quand même.)

 

ÉPISODE ZÉRO / ÉPISODE ZÉRO-ZÉRO / ÉPISODE Z                       -création 2014 à 2015- Le Quai des Arts (Argentan), CDC du Mortainais (50), Le Préau CDN (Vire),  Théâtre du Cercle (Rennes), La Fermeture Eclair (Caen), le Safran (Amiens).

Une équipe de 5 comédiens nous embarque dans une aventure en trois épisodes (une épopée, une saga) qui s’installe dans les salles des fêtes, les réfectoires, les garages, les lieux improbables… tout terrain et techniquement autonome, à durée et à géométrie variable (de 45 minutes à 3h45 : l’ordre des scènes est tiré au sort par le public !!, et selon que l’on joue un, deux, ou trois épisodes), l’histoire que raconte Jérémie Fabre est à la frontière du drame familial et de la comédie absurde, à la frontière de la littérature métaphysique et du café – théâtre.

Avec quelques piquets en bois, quelques pancartes en carton au graphisme BD, avec aussi 5 personnes recrutées sur place* pour interpréter la famille de l’auteur, avec une écriture dense, drôle et imagée, la pièce dessine un univers poétique singulier qui questionne la réalité et aborde effrontément des sujets aussi forts que la filiation, l’identité à construire, la famille en décomposition, la paternité, la quête d’un absolu, le sens de la vie, la conscience politique des supers héros, ou la sexualité.

*Les « habitants comédiens ». 4 à 5 personnes, d’âges et de sexes différents, sans ou avec expérience théâtrale. Nous les rencontrons en début de saison, au cours d’une sorte d’audition, puis nous répétons avec eux quelques heures la veille de la représentation. Partie prenante de l’histoire, leurs personnages et leurs présences confèrent une proximité et une convivialité renforcée à la pièce.

 

Les épisodes Zéro, Zéro-zéro et Z ont au moins été joués, ensemble ou séparément, dans les salles des fêtes suivantes : Le Fresne Poret (50), Le Neufbourg (50), Romagny (50), Le Préau CDN de Vire et Carrefour Contact de Vire (14), collège du Val de Vire (14), le Théâtre du Cercle à Rennes (35), La Fermeture Eclair à Caen (14), collège de St Sauveur le Vicomte (50), Tessy Sur Vire (50), Le Safran (Amiens).